L’Association SYMPHONIE a proposé à ses adhérents une marche printanière sur le sol malzévillois dans le cadre des « Lundis de Symphonie ». Un beau succès puisque près d’une vingtaine de personnes sont allées découvrir ou redécouvrir certaines curiosités malzévilloises avec un accompagnateur de choix, le dieu « Râ ».

Après avoir traversé le parc de l’Abiétinée, nous arrivons à la Cure d’Air Trianon, construite en 1902 par l’architecte Georges BIET et le métallurgiste Frédéric SCHERTZER. Cette guinguette de style Art Nouveau est une structure métallique à un niveau. La brasserie au rez de chaussée et la piste de danse sur la terrasse qui offrait un panorama exceptionnel sur Nancy. La guinguette cessa ses activités en 1909 et le lieu fut racheté par l’entrepreneur Auguste BICHATON afin d’y réaliser sa résidence d’été.

Nous poursuivons notre chemin vers la chapelle de la gueule du loup où légende et histoire se partagent l’existence même de cette chapelle dont le fronton est orné d’une croix avec en son centre une gueule de loup. Jeanne de Vaudémont désobéissant à son oncle René II se rendit sur les coteaux de Malzéville et fit une mauvaise rencontre en la personne d’Armand de Dieulouard qui avait été banni par René II. Au moment de se saisir de la jeune fille, un loup sauta sur le gueux et le tua sur le coup, protégeant ainsi la jeune fille qui à l’arrivée de son oncle raconta sa mésaventure. Celui-ci interdit la chasse au loup et fit construire cette chapelle qui a été déplacée depuis. Mais si vous consultez les cartes de topographie vous pourrez observer le schéma d’une gueule de loup séparant le bois de la goulle (gueule) et un ruisseau de la … gueule du loup !

Les historiens n’ont jamais retrouvé l’interdiction de la chasse au loup de René II mais celui-ci vainquit Charles le Téméraire, dont le corps fut retrouvé 3 jours après la bataille de Nancy, le visage à moitié dévoré par les loups… ceci expliquant peut-être cela….

Sur le chemin nous pouvons admirer également le Château Bleu, demeure où René d’Anjou épousa Isabelle de Lorraine qui lui donna neuf enfants. Après une légère montée, nous atteignons une table d’orientation où par ce beau temps, nous pouvons écarquiller les yeux sur un panorama à 180°. Chacun y observe ses points connus et reconnus sans oublier la ligne bleue des Vosges qui s’offre à nous au lointain.

Nous atteignons enfin le plateau à 380 m d’altitude et faisons une pause gourmande bien méritée. Nous nous dirigeons ensuite vers l’aérodrome fondé en 1909 et qui dispose de 3 pistes en herbe longues de 940 m et larges de 100 m. Des baptêmes de l’air y sont organisés ainsi que des vols de loisirs et de tourisme (aviation légère et aéromodélisme).

En longeant les pistes, nous croisons l’émetteur de télévision mis en service en 1965. Il culmine à 220 m de hauteur, 2ème plus haute structure de Lorraine après l’émetteur de Luttange et le 25ème de France.

Comme les avions que nous observons en levant les yeux, il est temps de songer à redescendre. Sur le chemin, nous longeons le stand de tir « Pro Patria », fondé en 1900 par le chanoine BOULANGER afin d’initier les jeunes malzévillois à la pratique du tir. Actuellement ce club compte 170 membres civils auxquels s’ajoutent des personnels de la CRS39, des convoyeurs de fonds et des membres du RAID. A quelques pas du stand de tir nous remarquons quelques piliers de l’ancien transporteur aérien Maxéville/Dombasle qui a fonctionné de 1927 à 1984 qui détient 2 records : celui de la longueur en Europe (18 Km) et celui de la longévité (près de 60 ans). Les wagonnets assuraient le transport du bâlin (calcaire) issu des carrières de Maxéville jusqu’à l’usine Solvay de Dombasle.

Avant de rejoindre notre point de départ, nous faisons un clin d’œil au Clos du Dom, en mémoire à Dominique SCHERRER, président fondateur de l’association Lortie. Après son décès, des bénévoles de l’association décidèrent de planter une vingtaine d’ares de vignes sur les coteaux. Chaque année, une vingtaine de caisses sont récoltées : pinot noir, chardonnay et auxerrois…

C’est sur cette note viticole que notre marche de 9 km environ s’achève, tous un peu fourbus mais heureux d’avoir partagé ensemble cette première marche 2017 sous un soleil magnifique et dans une ambiance chaleureuse. Rendez-vous est pris pour une autre escapade !...

Merci à tous,